top of page
  • Photo du rédacteurMarie Laviolette

5 Étapes pour une communiquer sans crier avec ton enfant : transformer les cris en échanges constructifs



Une famille apaisée qui communique sans crier
5 étapes pour remplacer les cris par de la communication non violente

La communication est la clé des relations saines, surtout dans le cadre de la relation parent-enfant. Souvent, dans le feu de l'action, les cris et les frustrations peuvent prendre le dessus, laissant les parents et les enfants se sentir mutuellement incompris et frustrés. 


Promis !

Il existe des alternatives puissantes si tu te demandes comment communiquer sans crier, punir, humilier tout en étant écouté par ton enfant. Dans cet article, je te partage cinq premières étapes pour t’aider à transformer les cris en échanges constructifs avec ton enfant. 



1. Enlève tes lunettes d’adultes : écoute avec empathie.


« Il est insupportable, elle me provoque, … » sont des jugements qui t’empêchent de découvrir le besoin derrière le comportement de ton enfant. Ce sont aussi souvent des étiquettes que les adultes ont pu poser sur toi quand tu étais enfant toi-même.


La première étape de la communication non violente est de pratiquer l'empathie. Prends le temps d’observer ton enfant : Que fait son corps ? Ses yeux ? Ses gestes ? A ton avis, à quelle émotion son comportement est-il lié ?


Ecoute attentivement ce que ton enfant a à dire, au-delà des mots, sans jugement ni interruption. Essaye de comprendre ses émotions et ses besoins sous-jacents, même s'ils ne sont pas exprimés clairement.


2. Dans quel état es-tu quand tu as envie de crier ? Exprime tes sentiments pour communiquer sans crier.


Exprime tes propres sentiments de manière honnête et respectueuse. Utilise des phrases comme "Je me sens..." pour partager tes émotions sans blâmer ton enfant. 


Par exemple, "Je me sens frustré-e lorsque les jouets ne sont pas rangés" permet d'exprimer tes sentiments sans accuser. En plus, en exprimant ce que tu ressens tu permets à ton enfant de prendre modèle et apprendre à s’exprimer avec des mots. Exprimer ton ressenti a aussi le gros avantage de soulager le stress inhérent à l’énervement, ça va te faire baisser en pression et reculer le moment de « craquer ».


3. Enquête sur le besoin derrière le comportement !


Pour remplacer les cris le parent doit enquêter et trouver le derrière chaque comportement se cache un besoin
Le besoin derrière le comportement

Attention, autonomie, sécurité, autre ?

Quel est le besoin derrière le comportement ?


Quand tu as observé ton enfant tu peux associer ses comportements à une émotion et une émotion à un besoin. Par exemple : dans la colère il y a un besoin de dire ses limites, de chasser l’injustice ; dans la tristesse il y a un besoin d’accepter une perte, la fin de quelque chose etc etc


Souvent, les comportements difficiles des enfants sont le résultat de besoins non satisfaits ou d’émotions incomprises. Essaye de comprendre ce que ton enfant recherche vraiment. Même s’il passe par des chemins détournés, par exemple chercher de l’attention en enfreignant les règles, il a toujours une (suffisamment) bonne raison de faire ce qu’il fait.


4. Co-construisez des solutions ensemble


Une fois que les émotions ont été exprimées et que les besoins ont été identifiés, travaillez ensemble pour trouver des solutions. Encouragez votre enfant à participer à la résolution des problèmes et à proposer des idées. Cela lui donne un sentiment d'implication et de responsabilité dans la recherche de solutions.


5. Fais de la gym : changer de posture demande de la pratique, patience et consistance.


Faire autrement que ce que l’on a connu enfant demande beaucoup d’énergie. As-tu pris soin de toi, même 5min avant de retrouver tes enfants le soir ? As-tu suffisamment de temps et d’espace pour que ton « réservoir d’énergie » et ta disponibilité te permette d’expérimenter une nouvelle posture ?


La communication non violente demande de la pratique et de la patience. Soie prêt-e à faire des erreurs et à apprendre de chaque situation. Reste cohérent dans ton approche et rappelle-toi que le changement prend du temps. Avec de la pratique, tu verras des améliorations dans la relation avec ton enfant.


En conclusion, la communication non violente est un outil puissant pour transformer les cris en échanges constructifs avec ton enfant. En écoutant avec empathie, en exprimant mutuellement vos sentiments, en identifiant les besoins, en proposant des solutions ensemble et en pratiquant la patience, tu peux créer un environnement familial basé sur le respect mutuel et la compréhension.


La suite ? 

Va lire l’article sur la gestion du stress parental et / ou prend RDV avec moi et on regardera de plus près.


Comments


bottom of page